Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 18:59

 

 

 

1. L’Habileté divine.

 

Dans la tradition védique, Daksha (ou Daksa) signifie l « Expert », l « Habileté », l « Energie réalisatrice » ou encore « Saisir quelque chose avec détermination ». C’est aussi l’un des noms du Dieu Créateur. En pratique, Daksha représente lArt rituel, les règles du sacrifice et la capacité de les accomplir sans faute. Il est également lun des dix patriarches de la race humaine (ou « rishi ») et est souvent perçu comme le premier dentre eux.

 

2. Daksha et sa descendance.

 

Il donna, dit-on, dix de ses filles à Dharma et treize à Kashyapa, qui devinrent les mères des dieux et des démons, des hommes, des serpents et de tout ce qui vit. Il en accorda encore vingt-sept autres en mariage au dieu Lune (Soma ou Chandra) et elles devinrent les Nakshatra ou « Maisons lunaires. » Daksha féconda Aditî, la Mère de Dieux, dont naquirent les Aditya (=dieux). Il semble donc que Daksha soit tout à la fois fils, père et époux dAditî, Grande Déesse-Mère védique, qui fut, qui est et qui sera.

 

3. Daksha et Aditî dans le Rig Veda.

 

Aditî et Daksha incarnant deux principes originels indépendants, forment un couple indissociable. Cela est mentionné dans le Rig Véda (10.72) :

 

« La terre naquit de la Parturiente,

de la terre naquirent les orients,

dAditi naquit Daksa

et du sein de Daksa, Aditi.

 

« Cest alors quAditi vint au monde,

celle qui fut ta fille, ô Dasha.

Les dieux naquirent à sa suite,

les Bienheureux, frères dans limmortalité. »

 

4. Daksha et Shiva : le sacrifice cosmique.

 

Daksha est le père de Satî (un des aspects de la Grande Déesse), qui épousa Shiva. Cest dans ce contexte familial divin quintervient un épisode célèbre de la littérature sanskrite : lépisode du sacrifice cosmique. Daksha avait organisé un grand rassemblement de tous les êtres vivants de lUnivers, des dieux aux insectes. Mais il en exclut volontairement Shiva, jugé indigne, par lui, de participer à cette célébration tant son allure dascète apparaissait misérable. Lorsque Satî fut informée de cette injustice, elle en mourut, sur le champ, foudroyée par la colère et la honte (ou se jeta dans les flammes dun bûcher). Quand Shiva revint de ses montagnes, il découvrit le corps inanimé de Satî, sa bien-aimée, et une rage destructrice sempara de lui. Il détruisit alors tous les préparatifs de la cérémonie et molesta cruellement plusieurs divinités ! Seul Brahma parvint à le ramener à la raison. Satî ressuscita par la suite sous la forme de Parvatî, la parèdre de Shiva. A noter que Daksheshvara est le nom dun temple de Hardvâr dédié à Shiva.

 

 

Eric TIMMERMANS.

Bruxelles, le 16 mars 2011.

 

 

Sources : Les Cinq Livres de la Sagesse Pancatra, Alain Porte, Editions Philippe Picquier / Le Véda, Jean Varenne, Les Deux Océans, 2003 / Le Védisme. Léveil de la spiritualité indienne. Bernard Baudouin. Editions de Vecchi, 1997.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la Grange du Cherchant
  • Contact

Recherche